Google+

Janet l'aventurière...

Le 18/03/2016 4

Janet, elle n'a pas toujours vécu en Algérie. Non, non. Elle a d'abord fait ses débuts en France. Une bonne trentaine d'années quand même. Vous savez : naissance, école, enfance, lycée, mariage...

Et puis, un jour, elle est partie. Pas toute seule, hein, mais avec mari et enfants, dans un endroit qu'elle ne connaissait pas : la Kabylie.

Ah, toute une épopée ce voyage-là pour Janet la casanière, celle à qui on avait toujours eu du mal à faire mettre le nez dehors. Pensez! 1650 km à parcourir de la Normandie au sud de l'Espagne, pour aller s'embarquer sur un bâteau (le Tipaza, qu'il s'appelait), qui devait la conduire de l'autre côté de la Méditerranée.

 

 

Alger st raphael 2

Pas rien tout de même 1650 km de route, 2 jours de voyage sur terre, puis 12 h de navigation en mer, pour arriver par un beau matin de Décembre en vue d'Alger la Blanche...

Pour un peu, elle se serait prise pour Christophe Colomb, la Janet!

Mais bon voilà, après Alger la Blanche, Janet l'aventurière a continué son chemin, marmaille sous le bras, mari chef d'escorte en éclaireur, pour finalement arriver, après une centaine de kilomètres de virages, précipices, et folies routières en tous genres, à sa destination ultime : LE bled de Kabylie, celui qui devait mettre un point final à son voyage.

Pour commencer, elle a posé ses valises, la Janet, puis elle a regardé, écouté, observé, humé. Elle a commencé à s'imprégner, des odeurs, des sons, des ambiances...

Au fur et à mesure que les années passaient, Janet prenait ses marques. Elle allait et venait entre souvenirs et découvertes, enthousiasmes et agacements. Les comparaisons entre ce qu'elle avait vécu là-bas, et ce qu'elle vivait désormais ici rythmaient sa vie quotidienne, provoquant tour à tour exaltations et incompréhensions. 

Et puis un jour, les hauts et les bas commencèrent à s'estomper. La vie devenait plus rectiligne. Janet se surprenait à adopter les codes d'une vie kabyle, allant même jusqu'à les trouver à son goût. Elle s'étonnait de se sentir bien dans un monde qui, quelques années auparavant, lui était totalement inconnu et pour ainsi dire incompréhensible. 

Janet l'aventurière avait fini par trouvé sa place en Kabylie. Elle pouvait désormais redevenir Janet la casanière, non plus de Normandie, mais bien de Kabylie.

Commentaires

  • Janet

    1 Janet Le 01/09/2016

    N'hésite surtout pas! Le grand saut vaut le détour!
    Et comme tu dis, pourquoi donc les voyages entre la France et l'Algérie devraient-ils être à sens unique? Pourquoi donc l'Algérie ne pourrait-elle pas devenir une destination de vie enviable?
    Qui sait, peut-être aurons-nous un jour l'occasion de papoter en direct!?
    D'ici là, je te souhaite une belle journée...Bisousssssss
  • Zahia

    2 Zahia Le 31/08/2016

    J'en arrive à t'envier. J'aimerais bien que mes enfants grandissent la bas, apprenent l'arabe et le kabyle (être trilingue si jeune c génial !) et surtout les enfants d'Algérie sont bien plus débrouillard que ceux de France.
    C un chamboulement, c clair, mais à mon avis c dans le bon sens. Les algériens viennent bien vivre en France, pquoi on arriverait pas a vivre en Algérie ? Si je trouve une annonce pour du boulot pour mon mari j'hésiterai pas je pense.
    Comme ca je pourrai passer te voir !! Lol
  • Janet

    3 Janet Le 30/08/2016

    Merci beaucoup à toi Zahia! C'est vrai qu'il y a des situations qui me font bien rire lorsque je fais un petit retour en arrière...Et en même temps, je me rappelle toute l'intensité des émotions. Les mettre par écrit me fait du bien. Alors quand j'ai des retours comme les tiens, je me sens encore plus joyeuse. Encore merci et très bonne journée!
  • Zahia

    4 Zahia Le 30/08/2016

    Tu es très drôle quand tu racontes. Et c très touchant en même temps

Ajouter un commentaire

Anti-spam
 
×